Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘récit accouchement’

Ce deuxième accouchement a été globalement beaucoup moins douloureux et plus rapide que le premier .

Plus rapide , plus rapide , oui enfin  si on ne compte pas la fausse alerte . Là où je vous avais laissées . Avec des contractions douloureuses irrégulières qui ont duré 2 jours .

Ces contractions se sont intensifiées mercredi soir . Avec Arnaud nous les chronométrions . J’avais super mal , au ventre et au dos . Passé minuit les contractions revenaient toutes les 5 à 8 minutes . Ils m’avaient dit de revenir aux Urgences quand elles seraient espacées de 4 minutes de façon régulière sur 45 minutes . Mais je me sentais de plus en plus mal . J’ai commencé à vouloir m’isoler dans un coin de la chambre et à chercher des positions accroupies pour me soulager , un peu comme une femelle qui va mettre bas .

Nous avons donc pris la décision de retourner aux Urgences vu que c’était évident que je n’allais pas dormir .  A 1h30 bien sûr , sinon ce n’est pas drôle, comme d’habitude . J’ai appelé le Samu mais ils ne pouvaient pas venir rapidement . A la place ils m’ont envoyé les pompiers qui sont arrivés dans les 10 minutes . Je ne pourrais même pas vous dire à quoi ils ressemblaient , 3 chippendales torses nus ? En plus ils n’ ont même pas fait marcher la sirène , pfffffff  . Juste qu’ils m’ont posé 100 000 questions avant de partir et que moi j’étais pressée d’arriver à l’hôpital .

Ce soir là, comme pour la fausse alerte, il  n’y avait heureusement personne à Bichat , je suis tombée sur une super équipe très disponible, à mes petits soins . J’ai commencé par du monitoring et un examen du col . Le travail avait bien recommencé , ouf !  On m’a fait une entrée de perf , on m’a installée dans une salle de naissance ( la numéro 3 en face du poste de surveillance ) et on m’a conseillé de marcher pour accélérer le travail . Avec Arnaud on s’est donc retrouvé à 3 heures du matin à arpenter les couloirs de l’hôpital désertique . Je me suis préparée à l’accouchement avec la sage femme qui venait me voir à domicile . En fait elle m’a juste donné des conseils de respiration et j’ai aussi écouté et pratiqué des séances de relaxation et de visualisation .Voilà ce qui a marché pour moi

Pour soulager les contractions :

  • Marcher à petits pas , être debout, bouger , chercher instinctivement une position qui soulage  . Surtout ne pas rester allongée , c’est la position la pire où j’ai ressenti le plus la douleur .

  • Inspirer par le nez 5 secondes , bloquer un instant et expirer le plus lentement possible par la bouche comme si on soufflait dans une paille . A chaque contraction , mais à faire  aussi entre . La respiration fait des miracles . Vraiment .

  • Visualiser le travail qui est en train de se faire dans le corps , participer  . Je m’imaginais être une fleur qui s’ouvre , laissant ses pétales se déployer doucement . Je m’imaginais aussi être un arbre qui ouvre son tronc et ses branches . J’avais des visions très végétales et très douces , poétiques et  réconfortantes…J’étais sereine .

  • J’ai aussi passé un bon moment assise sur un gros ballon que je faisais bouger avec mon bassin , de façon instinctive là aussi .La douleur était divisée par deux par rapport à la position couchée .

  • Arnaud me faisait une spirale dans le dos à chaque contraction avec son doigt en appuyant bien fort, comme pour extraire la douleur , car finalement je crois que c’est dans le dos où j’avais le plus mal .

  • Avoir quelqu’un à ses côtés aide beaucoup , Arnaud m’a beaucoup soutenue et encouragée . Sans lui je n’aurais pas été capable du 10 ème de ce que j’ai enduré .

Grâce à ces techniques je n’ai jamais perdu pied , ma douleur était forte mais gérable et gérée . Je n’ai pas pleuré , j’ai même parfois rigolé . Je suis restée à une douleur de 8 sur 10 , je n’ai pas explosé l’échelle comme pour Ava .

J’avais faim , j’ai même eu la permission de manger de la compote et de boire de l’eau .

Mais à un moment j’ai commencé à me fatiguer . J’avais quand même déjà 2 nuits blanches derrière moi . La sage femme m’a proposé la péridurale . J’ai demandé une petite heure de réflexion , on m’a refait du monitoring et j’ai perdu les eaux . C’est une sensation vraiment étrange, chaude et délivrante . A partir du moment où on perd les eaux les contractions s’intensifient . J’ai donc accepté la péridurale car j’avais envie de souffler et j’avais peur de souffrir plus . Je n’aurais pas dû , je suis sûre que j’aurais été capable de continuer à gérer la douleur , je m’en veux un peu sur ce coup là . J’aurais dû plus me faire confiance …

Avant la péridurale j’étais dilatée à 5/6 , moins d’une heure après j’étais à 10 ! Si j’avais su que ce serait si rapide je me serais vraiment passée de la péri et j’aurais peut être seulement demandé le masque de protoxyde d’azote .

Je ne vous fais pas un cours sur la péridurale . L’anesthésiste est arrivée , Arnaud a dû sortir . Elle m’a glacée le dos avec un désinfectant . Pendant que je faisais le dos rond elle a cherché l’endroit où piquer . On a attendu un moment où je n’avais pas de contraction pour ne pas bouger et elle a piqué . Je n’ai pas trouvé cela douloureux , on a une drôle d’impression , comme une petite décharge électrique . C’était à moi de doser le produit en appuyant sur un bouton . J’ai appuyé toutes les 10 minutes 🙂 , le maximum que l’on puisse faire .

Pffffffffff…..

Alors je dois dire qu’avec une péridurale qui marche l’accouchement est radicalement différent . C’est le jour et la nuit . Je suis passée d’un état de compétition sportive à un état complètement léthargique . Je suis devenue légumiesque en 10 minutes . Avec l’agréable sensation de planer ? Pas fan de cette sensation finalement …J’ai lutter pour ne pas  m’endormir …

Bref , j’ai soudain une ÉNORME envie de pousser et une envie impérieuse d’aller à la selle . Je suis dilatée à 10 , c’est le moment de repasser à l’action  .

La sage femme installe les étriers et on commence à pousser. Elle place ses doigts pour me montrer où pousser . On attend une contraction , on inspire , on bloque et on pousse à fond sur l’expulsion , 3 fois de suite , même avec la péridurale je sentais encore les contractions mais pas de façon douloureuse  . . C’est le moment où je craque et où je me mets à pleurer , pas longtemps , 3 minutes , juste le temps d’évacuer un peu la pression .Et je me remotive à fond . Mais la péridurale m’a un peu  beaucoup coupé les jambes , au sens propre comme au figuré . Et oui , c’est le risque .

Pour faire glisser le bébé la sage femme  vide une bouteille entière de savon . J’avais apporté mon huile d’amande douce bio mais elle préférait son savon  . Elle met ses doigts à l’intérieur , me masse et écarte les parois . Elle sait que je veux absolument éviter l’épisiotomie , on décide de prendre notre temps .

Je pousse bien , j’y mets toute mon énergie restante , on voit même les cheveux du bébé . Mais mon coquin est décidément très indécis . Il avance quand je pousse mais il recule entre chaque contraction . Le coquin ! A ce rythme  au bout de 40 minutes d’effort il n’a pas avancé d’un poil, sa tête est coincée 😦 Je ne sais quel écran de surveillance ils regardent mais il y en a un de nous deux qui fatigue beaucoup, dangereusement même, Arnaud dit que c’est moi , et le médecin et l’interne arrivent dans les 30 secondes . Ils décident d’utiliser une ventouse pour le sortir rapidement . Je suis désespérée car j’ai peur que la manip lui déforme la tête 😦 . Ils appliquent la ventouse et ils sortent sa tête la poussée suivante en 5 secondes puis l’épaule . Allez hop en moins de 30 secondes j’ai enfin mon bébé sur le ventre ♥♥♥

Grand soulagement .

( Et la trace de la ventouse a disparu dans la journée .)

Mais par contre j’ai une épisiotomie . Le truc que je ne voulais absolument pas avoir

Là aussi je n’ai rien senti . 4 points quand même . Faite par deux jeunes hommes , qui me vident le ventre au passage , il ne faut pas être pudique .

Je regrette d’avoir choisi la péridurale . Je me dis que sans j’aurais peut être été plus vaillante et moins fatiguée pour pousser . Comme pour Ava où l’expulsion avait été super rapide et facile . La sage femme me dit que mon périnée est très fragile et que de toutes façons j’aurais forcément eu une épisiotomie . Qu’il était en souffrance . Qu’il se serait déchiré sinon .Qu’il ne faut pas regretter .

Elle a fait tout son possible pour l’éviter et je veux bien la croire , je l’ai vue s’appliquer longuement à faire glisser la Bête  . Pas comme à Debré où on m’a fait une épisio d’emblée alors que je n’avais même pas encore commencé à pousser 😦  pffffffffff

Le petit et moi allons bien , l’accouchement n’a pas été franchement très douloureux donc on peut dire que c’est quand même un accouchement réussi .

Par contre j’ai un peu les boules pour l’épisiotomie . Je trouve ça très douloureux physiquement mais aussi psychologiquement .Cette incision brutale dans l’intimité .

Voilà maintenant il faut cicatriser et réparer . C’est bien parti , nettement mieux que pour Ava puisqu’à j+11 je n’ai presque plus mal  , maintenant je suis rodée j’ai des bonnes techniques 🙂  , je vous en reparle .

J’essaie de revenir rapidement . Le Petit est un Amour de bébé . Il est très sage , pleure peu , mange bien , dort bien . Mais il réclame souvent les bras 🙂

A bientôt ,

et merci beaucoup à toutes pour tous vos gentils messages !

Read Full Post »